Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Justice Sociale / Démocratie Directe / Nation Europe et الأمة العربية de Stéphane Parédé ستيفان بردي

Al-Mouallem : Qatar, l'Arabie Saoudite et la Turquie, sous la direction des Etats-Unis, sont les pays qui soutiennent, financent et arment les terroristes en Syrie

20 Janvier 2013 , Rédigé par justicesocialeetdemocratiedirecte.over-blog.com

Al-Mouallem : Qatar, l'Arabie Saoudite et la Turquie, sous la direction des Etats-Unis, sont les pays qui soutiennent, financent et arment les terroristes en Syrie

19 Jan 2013

 

 Damas  /  Le ministre des affaires étrangères et des expatriés, Walid al-Mouallem, a affirmé que Qatar, l'Arabie Saoudite et la Turquie, sous la direction des Etats-Unis, sont les pays qui soutiennent, financent et arment les terroristes en Syrie et œuvrent dans le cadre d'un plan international ayant des dimensions politiques, économiques et militaires visant la Syrie. " On n'a pas d'illusions que ces pays mettront fin à l'appui au terrorisme. Ne pas arrêter la violence ne signifie pas qu'il n'y aura pas un dialogue national global", a fait noter al-Mouallem dans une interview qu'il avait accordée ce soir à la TV syrienne.

Al-Mouallem a indiqué que le programme politique pour résoudre la crise en Syrie se base sur la participativité, soulignant que le gouvernement existant est responsable de l'exécution de l'étape préparatoire.

"Le gouvernement d'unité nationale doit être le fruit du dialogue national", a ajouté al-Mouallem.

Al-Mouallem a fait savoir que l'étape préparatoire dans le programme politique pour résoudre la crise en Syrie durera deux à trois mois, soulignant que le gouvernement ne jouera pas un rôle actif dans la conférence du dialogue national car le rôle sera accordé aux organisations de la société, à ses partis et à ses forces politiques, sociales et religieuses.

Al-Mouallem a indiqué que le pacte national est un document qui sera mis en œuvre par les parties qui participeront au dialogue, soulignant qu'il ne sera pas élaboré préalablement et sera la garantie de la participation du peuple au dialogue via l'admission ou pas de ce pacte.

Al-Mouallem a fait noter que le programme politique pour régler la crise en Syrie est l'explication syrienne de la phase de transition ambiguë dans le communiqué de Genève, affirmant : "Nous ne dialogueront pas hors de ce programme".

Al-Mouallem a estimé que l'émissaire onusien pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, ne s'était pas rendu à Damas en apportant un projet pour le règlement politique mais il avait adopté une position identique à celle américaine et de Golfe conspiratrice contre la Syrie, "c'est pourquoi il a dévié de la nature de son mandat et du principe de l'objectivité dans la médiation", a-t-il précisé.

"Il est inadmissible de porter atteinte à la position présidentielle et nous sommes disposés à continuer la collaboration avec Brahimi dont la mission prochaine sera plus riche via le programme politique pour le règlement", a indiqué al-Mouallem.

Al-Mouallem a fait savoir que si les Etats-Unis voulaient arrêter la violence en Syrie, celle-là aurrait arrêté, ajoutant : "Personne ne possède la décision de la légalité en Syrie que le peuple syrien".

" Nommer la Turquie comme Wali sur les affaires de la Syrie avait dévoilé la vérité des convoitises turques en Syrie et de son rôle dans l'appui au terrorisme", a-t-il indiqué.

Al-Mouallem a dit que le classement par les Etats-Unis du Front Nosra sur la liste des organisations terroristes est une démarche suscite l'ironie, le qualifiant d' "insuffisant". 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article