Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Justice Sociale / Démocratie Directe / Nation Europe et الأمة العربية de Stéphane Parédé ستيفان بردي

Boroujerdi : L'Iran soutiendra la Syrie jusqu'au bout de la crise actuelle…La Syrie est la 1ère ligne de résistance à l'ennemi israélien

23 Avril 2013 , Rédigé par justicesocialeetdemocratiedirecte.over-blog.com

Boroujerdi : L'Iran soutiendra la Syrie jusqu'au bout de la crise actuelle…La Syrie est la 1ère ligne de résistance à l'ennemi israélien

22 Avr 2013

 

Damas / M. Alaeddine Boroujerdi, président de la commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère au conseil de la choura en Iran, président de l'association d'amitié irano-syrienne, a estimé que l'Iran soutiendra la Syrie jusqu'au bout de la crise qu'elle traverse.

"La Syrie est la 1ère ligne du front de résistance à l'ennemi sioniste", a insisté Boroujerdi dans une conférence de presse tenue aujourd'hui à Damas.

Il a fait noter que l'entité sioniste n'est pas aujourd'hui dans un état de guerre directe avec les pays arabes mais il œuvre pour attiser la situation en Syrie via le soutien octroyé aux personnes armées qui commettaient des actes d'assassinat des élites et des ulémas et de sabotage des infrastructures.

Il a imputé aux Etats-Unis et à leurs alliés dans la région la responsabilité du terrorisme dont souffre la Syrie, tout en fustigeant la dualité adoptée par Washington qui prétend, d'un part, la défense des droits de l'homme et l'affrontement du terrorisme, et tue, de l'autre, via ses actes les innocents en Syrie, en Afghanistan en Palestine.

Boroujerdi a affirmé que le dialogue et l'entente entre toutes les parties syriennes sont la meilleure solution de la crise que connaît la Syrie. "La meilleure option pour sortir de la crise en Syrie est la poursuite du mandat du président Bachar al-Assad jusqu'à l'été 2014. Ensuite, et via des élections libres, le peuple syrien pourrait décider de son sort", a-t-il ajouté.

Il a assuré que l'Iran soutenait le programme politique, qui se ferait par le biais du dialogue national entre les différentes composantes de la société syrienne, pour sortir de la crise par les voies pacifiques.

Il a trouvé que certains pays voisins de la Syrie œuvrent pour accroître les divergences, attiser la crise en Syrie et tuer le peuple syrien innocent. "Ces pays doivent réaliser que la crise syrienne prendra fin et que le peuple syrien n'oubliera jamais leurs pratiques nuisibles", a-t-il souligné.

Le haut responsable iranien a averti de la gravité de l'ouverture par les Etats-Unis d'un nouveau front contre la Syrie sur les frontières avec la Jordanie, affirmant que ce pas apporte la preuve de l'échec de la politique américaine dans la région.

"La situation sécuritaire en Syrie s'est améliorée remarquablement et le gouvernement a franchi de grands pas pour réduire des retombés de la crise sur le terrain" a fait noter Boroujerdi, affirmant qu'il est du devoir de l'Iran de soutenir la Syrie en tant que pays résistant et premier front de confrontation avec l'entité sioniste.

Sur un autre plan, il a qualifié d' "importantes" ses rencontres avec les responsables syriens. Il a aussi présenté au nom du peuple iranien les félicitations à la Syrie, peuple et gouvernement, à l'occasion de la fête de l'évacuation.

En ce qui concerne la mission d'al-Ibrahimi, il a souligné que l'Iran était optimiste quant à cette mission et à la possibilité de régler la crise en Syrie, "mais après la décision de la ligue arabe de suspendre l'adhésion de la Syrie il a perdu son objectivité".

Il a exprimé, à cet effet, son souhait qu'al-Ibrahimi s'éloigne des pratiques partiales et soit honnête et neutre pour aider à une solution appropriée à la crise en Syrie.

M. Boroujerdi a souligné, par ailleurs, que l'armée arabe syrienne qui jouit de grandes capacités n'a pas besoin d'aides d'autres pays, notamment l'Iran.

Passant à la position turque à l'égard de la crise en Syrie, il a affirmé que l'année dernière, il avait conseillé les responsables turcs de reconsidérer cette position et de ne pas prendre des mesures irréfléchies à ce sujet. "Il est vrai que nous avons de bonnes relations avec la Turquie, mais nous avons des réserves sur la politique turque", a-t-il ajouté.

Pour le Liban, il a appelé toutes les parties libanaises à déployer leurs efforts pour que la crise syrienne ne touche pas leur pays, soulignant dans ce sens la nécessité d'interdire les terroristes de s'infiltrer vers la Syrie.

Questionné sur un lien entre le règlement de la crise en Syrie et la fin du programme nucléaire iranien, le responsable iranien a dit "Pas de lien entre ces deux questions. La crise en Syrie est créée et imposée par les Etats-Unis et l'entité sioniste, alors que la question nucléaire iranienne est un défi imposé par les Etats-Unis au peuple iranien".

Passant à la stratégie défensive iranienne, Boroujerdi a souligné que pas de place de l'arme nucléaire dans cette stratégie et que la politique de son pays est basée sur la paix et l'amitié avec tout le monde, notamment les pays arabes de voisinage.

Il a exprimé, à cet effet, la disposition de l'Iran à conclure des accords sécuritaires et économiques avec ces pays.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article