Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Justice Sociale / Démocratie Directe / Nation Europe et الأمة العربية de Stéphane Parédé ستيفان بردي

Jaafari: La Syrie a besoin d'assistances objectives et impartiales… Celui qui veut le dialogue ne pose pas des conditions préalables

2 Mars 2013 , Rédigé par justicesocialeetdemocratiedirecte.over-blog.com

Jaafari: La Syrie a besoin d'assistances objectives et impartiales… Celui qui veut le dialogue ne pose pas des conditions préalables

27 Fév 2013

 

New York/ M. Bachar al-Jaafari, délégué permanent de la Syrie aux Nations Unies s'en est pris à certains membres du Conseil de Sécurité qui méconnaissent plusieurs données importantes, précisant que la Syrie a besoin d'assistances objectives, réelles et impartiales et de l'encouragement de toutes les parties à engager un dialogue national.

Dans un point de presse à la suite d'une séance à huis clos du Conseil de Sécurité, M. Jaafari a indiqué que les déclarations sur une violence sexuelle dans la crise en Syrie est une vision unilatérale de ce qui s'y déroule et ne reconnaissent pas la coopération du gouvernement syrien avec l'ONU, à savoir la coopération qui a donné lieu à des résultats positifs représentés par la signature du plan d'intervention signé entre le gouvernement syrien et les Nations Unies.

A ce propos, M. Jaafari a précisé que le gouvernement syrien coopère étroitement avec la commissaire du secrétaire général des Affaires humanitaires Vallery Amos et qu'en vertu de cette coopération /11/ organisations non gouvernementales internationales opérant dans le domaine humanitaire ont été autorisées d'arriver et de faire parvenir des assistances humanitaires dans les territoires syriens.

Il a indiqué que le gouvernement syrien étudie actuellement l'octroi de trois autorisations de travail en Syrie à trois autres organisations internationales, ajoutons que le gouvernement avait autorisé à /111/ organisations non gouvernementales syriennes à distribuer des assistances humanitaires à l'intérieur du territoire syrien sans distinction.

M. Jaafari a qualifié d'imprécise le terme de "violence sexuelle" mais ce sont des crimes sexuels dont les criminels doivent être traduits devant la justice, pour cela le gouvernement syrien avait formé une commission nationale pour enquêter sur tous les crimes commis, y compris les crimes de violence sexuelle contre les femmes et les enfants.

 Il a souligné l'importance de prendre en considération les autres dimensions de la crise telles que les photos d'enfants publiées à la Une de journaux internationaux américains, turcs et britanniques recrutés par des groupes terroristes armés pour combattre en Syrie.

M. Jaafari a critiqué l'organisation de conférences internationales, qu'on peut nommer conférences internationales médiatiques pour présenter des engagements et des dons aux présumés réfugiés, ce qui est moralement inconvenant.

Répondant à la question sur la condition de la démission du président avant le début du dialogue, M. al-Jaafari a qualifié cette proposition de naïve "car celui qui veut le dialogue ne pose pas des conditions préalables", a-t-il ajouté.

A une question sur les assistance fournies par l'Arabie Saoudite, les Emirats arabes Unies et le Koweit, M. Jaafari a indiqué que la plupart des pays qui s'étaient réunis à la conférence de Koweït sont derrière la souffrance des Syriens vu qu'ils sont les mêmes qui appuient, financent et arment les terroristes à qui ils donnent la couverture médiatique pour les présenter comme combattants en faveur de la liberté et non pas des terroristes qui détruisent l'infrastructure, les hôpitaux, les écoles et les aéroports.

Concernant la présumée conférence des Amis de Syrie qui se tiendra à Rome et les rapports disant apprendre que l'Administration américaine s'était engagée à fournir des assistances immortelles à l'opposition, M. Jaafari a indiqué que la Syrie a besoin d'assistances objectives et impartiales et de faire convaincre ceux qui appuient les personnes armées à s'asseoir à la table du dialogue et à régler la situation en Syrie en vertu des deux résolutions du Conseil de Sécurité et de la déclaration de Genève.

"Le Syrien doit négocier le Syrien comme prévu dans les deux initiatives de Kofi Annan et de Lakhdar al-Ibrahimi, c'est l'initiative guidée par les Syriens eux-mêmes", a-t-il conclu.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article