Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Justice Sociale / Démocratie Directe / Nation Europe et الأمة العربية de Stéphane Parédé ستيفان بردي

La Démocratie Directe par Stéphane Parédé : Conclusion

9 Février 2013 , Rédigé par justicesocialeetdemocratiedirecte.over-blog.com

 

Conclusion

Comme l'a écrit Fatma Haddad-Chamakh, professeur de philosophie à l'université de Tunis : « Un apprentissage de la démocratie par des activités scolaires, péri-scolaires ou extra-scolaires est nécessaire pour donner une assise tangible à la démocratie ».

Cette instruction civique est nécessaire à tous les citoyens.

 

Dans le Contrat social, Jean-Jacques Rousseau y décrit les conditions favorables à l'avènement d'une « République idéale ».

 

Pour Rousseau la Démocratie ne peut être représentée par des intermédiaires, car selon lui, seul le peuple doit détenir la souveraineté : « La Souveraineté ne peut être représentée par la même raison qu'elle ne peut être aliénée... Elle consiste essentiellement dans la volonté générale et la volonté générale ne se représente point... Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort, il ne l'est que durant l'élection des membres du Parlement ; sitôt qu'ils sont élus, il est esclave, il n'est rien ».

 

La Démocratie Directe reste indissociable de la Démocratie. Cependant, ce concept, s'il est reconnu comme un élément juridique au sein d'un État, se pose la difficulté de son application et de sa mise en pratique dans les faits réellement. Cette idée peut être reprise à son insu par une oligarchie ou une classe dominante quelle qu'elle soit. La tyrannie par une minorité au nom même de la majorité qu'elle est censée représenter peut être dangereuse, de même que « la tyrannie de la majorité ».

Alexis de Tocqueville lance un signal d'alarme contre « la tyrannie de la majorité » dans De la démocratie en Amérique : « Il est l'essence des gouvernements démocratiques que l'empire de la majorité y soit absolu ; car en dehors de la majorité, dans les démocraties, il n'y a rien qui résiste... (…) La majorité a donc aux États-Unis, une immense puissance de fait et une puissance d'opinion presque aussi grande ; et lorsqu'elle est une fois formée sur une question, il n'y a pour ainsi dire point d'obstacles qui puissent, je ne dirai pas arrêter, mais même retarder sa marche, et lui laisser le temps d'écouter les plaintes de ceux qu'elle écrase en passant. Les conséquences de cet état de choses sont funestes et dangereuses pour l'avenir. (... ) »

 

Certains observateurs pensent par contre que certains mécanismes de Démocratie Directe peuvent venir renforcer la démocratie par le biais de concertations et de dialogues entre les citoyens et les dirigeants politique. Face à un désaveu des citoyens à l'égard de la politique (évoqué notamment par Pascal Perrineau dans L'état politique de la France et la crise de la représentation politique) et de ses dirigeants se traduisant dans des votes dits contestataires ou se symbolisant par l'abstention (mise à part l'élection présidentielle), ces outils de démocratie participative ou semi directe peuvent être nécessaires quant à l'avenir de la Démocratie et à son développement à travers le monde.

Dans un autre registre, Philippe BRAUD dans La démocratie (science politique) en 1997, dénonçait « le détournement du pouvoir par les technocrates ».

 

Toutefois, le monde contemporain dispose de nouveaux outils comme internet qui peuvent aider au rayonnement de la Démocratie à travers toute la planète.

 

Le lien entre Citoyenneté et Démocratie paraît naturel et logique. Même si certains observateurs s'inquiètent de la montée ou de la continuité de l'abstention lors des élections, la citoyenneté peut s'exprimer à travers d'autres actes civiques comme le fait de s'investir dans des associations.

 

La Démocratie peut être renouvelée et s'adapter sans cesse. L'avenir et l'Histoire déterminera de quelle façon elle peut s'affirmer et évoluer avec l'appui de tous les acteurs de la société unis dans ce travail en commun qui consolidera les principes démocratiques évoqués par Rousseau, Montesquieu et Tocqueville notamment.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article