Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Justice Sociale / Démocratie Directe / Nation Europe et الأمة العربية de Stéphane Parédé ستيفان بردي

Le ministère des AE : Nous regrettons la fausse approche des pays qui avaient adressé un message commun au Conseil de sécurité pour transférer la situation en Syrie à la CPI

20 Janvier 2013 , Rédigé par justicesocialeetdemocratiedirecte.over-blog.com

Le ministère des AE : Nous regrettons la fausse approche des pays qui avaient adressé un message commun au Conseil de sécurité pour transférer la situation en Syrie à la CPI

18 Jan 2013

 

Damas  /  Le ministère des affaires étrangères et des expatriés a adressé aujourd'hui un message au président du Conseil de sécurité, en réponse au message commun adressé par nombre de pays au Conseil de sécurité pour transmettre la situation en Syrie à la CPI sous prétexte de leur inquiétude de la situation humanitaire en Syrie.

Le ministère a affirmé que le gouvernement syrien qui partage avec ces pays leur inquiétude quant à la situation humanitaire en Syrie et aux violations des droits de l'homme perpétrées par les groupes terroristes armés et qui avaient porter atteinte à la stabilité, à la sécurité et à la liberté de religion et de croyance dont jouissait la Syrie avant la crise, regrette l'insistance de ces pays sur l'adoption d'une fausse approche rejetant la reconnaissance du devoir de l'Etat syrien de protéger son peuple du terrorisme y imposer de l'extérieur.

"Tout le monde est au courant du financement, de l'entraînement et de l'accueil des groupes terroristes armés par des pays donnés, dont certains avaient signé le message commun, et de la couverture de ces actes par des campagnes politiques et médiatiques qui œuvrent pour protéger les crimes de ces groupes, nuire à l'Etat syrien et l'accuser de ces crimes", a-t-il indiqué, tout en regrettant le recours de la Suisse, connue dans le passé pour son impartialité et objectivité, à conduire cette campagne injuste et de tromperie contre un pays membre des Nations Unies et à défendre les pratiques des groupes terroristes.

Le ministère des AE a fait noter que la Syrie avait formé une commission d'enquête nationale autonome, honnête et crédible pour enquêter sur les violations des droits de l'homme.

Le ministère a affirmé que la réaction des pays signataires sur le message confirme une fois de plus leur hypocrisie et leur politique de double critère concernant la crise en Syrie et les lois des droits de l'homme en général , ajoutant : " Ces pays qui prétendent leur inquiétude envers le peuple syrien, la loi internationale et la loi internationale des droits de l'homme, ignorent leur appui politique, médiatique, logistique et militaire aux groupes armés. Or nombre de pays signataires du message soutiennent directement les groupes terroristes en armes et en fonds pour transgresser la loi internationale et entraver le dialogue national pour parvenir à un règlement pacifique conformément au programme politique proposé par le président Bachar al-Assad lors de son discours le 6 de ce mois".

Le ministère a indiqué que la bonne voie pour réaliser les intentions des pays signataires, si elles étaient crédibles, pour réduire la souffrance humanitaire des Syriens et mettre fin aux violations des droits de l'homme en Syrie, ne se passera pas via des réactions d'incitation qui mettent de l'huile sur le feu mais via les points ci-dessous :

1/ Exercer des pressions sur les pays qui financent, accueillent, entraînent et envoient des terroristes en Syrie pour y exercer leur terrorisme contre les Syriens, porter atteinte à la coexistence sociale syrienne, détruire les infrastructures et l'économie nationale et priver les citoyens des matières de première nécessité.

2/ Exercer des pressions sur les auteurs des fatwas qui présentent des prétexte pour tuer, enlever et torturer les Syriens et détruire et voler leurs biens.

3/ Mettre fin aux sanctions unilatérales, non juridiques et immorales imposées à la Syrie, qui représentent des sanctions collectives du peuple syrien et jouent un rôle direct dans l'attisement de la situation humanitaire en Syrie et la violation des droits des Syriens.

4/ Déployer tout effort pour mettre fin à l'afflux d'armes aux groupes terroristes armés, dont certaines sont fabriquées dans nombre de pays signataires du message alors que d'autres pays signataires envoient des hommes armés en Syrie pour tuer et terrifier les Syriens.

De même, le ministère a ajouté que la réaction des pays signataires ne contribue pas à la réduction de la souffrance humanitaire ni à l'arrêt des violations de la loi internationale humanitaire perpétrées par les groupes terroristes armés qui y trouver une couverture légale pour commettre davantage d'actes de meurtre et de sabotage.

"Il faut rappeler les pays signataires sur le message de leur devoir dans le soutien des efforts internationaux visant à résoudre politiquement la crise en Syrie via un dialogue national rétablissant la sécurité et la stabilité en Syrie et réalisant les aspirations des Syriens par le biais des voies pacifiques", a conclu le ministère des AE.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article