Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Justice Sociale / Démocratie Directe / Nation Europe et الأمة العربية de Stéphane Parédé ستيفان بردي

Le réseau syrien des Droits de l'homme: Les pays qui soutiennent les conférences de l'opposition d'Istanbul et de Qatar violent les résolutions du conseil de sécurité

11 Novembre 2012 , Rédigé par justicesocialeetdemocratiedirecte.over-blog.com

Le réseau syrien des Droits de l'homme: Les pays qui soutiennent les conférences de l'opposition d'Istanbul et de Qatar violent les résolutions du conseil de sécurité

09 Nov 2012

 

Damas / Le réseau syrien de supervision des droits de l'homme a demandé à la communauté internationale, et toutes ses organisations, de condamner et de châtier les pays qui finançaient, soutenaient et parrainaient "les conférences d'opposition d'Istanbul et de Qatar" en violation de la résolution du Conseil de sécurité N°1373.

"Ces pays s'étaient mis, dès le début de la crise en Syrie, à soutenir le terrorisme, à accentuer l'effusion du sang syrien et à provoquer la sédition que le peuple syrien, par sa maturité sa culture, a réussi à faire tomber", a indiqué le réseau dans un communiqué dont une copie est parvenue à Sana.

Le réseau a fait noter que les seuls suppôts de l'opposition d'Istanbul et de Qatar sont les groupes terroristes, dont al-Qaida, al-Nosra, les salafists, les Djihadist, les takfirists, tous recherchés et traqués par la communauté internationale depuis les événements de 11 septembre.

Le réseau a qualifié d' "imaginaire" les conférences de l'opposition d'Istanbul à l'étranger, estimant que ces conférence se faisaient à l'américaine, absolument éloignées des préoccupations de la société syrienne qui les a refusé de même que toute forme d'ingérence étrangère.

Le communiqué souligne que ces conférences joue du sort d'un peuple et constitue une ingérence flagrante dans les affaires d'un Etat souverain, membre de l'ONU, et une violation de la déclaration mondiale des droits de l'homme, des principes de l'ONU et de la déclaration sur le droit au développement qui a insisté sur le droit des peuple à l'autodétermination et à l'entière souveraineté sur ses richesses naturelles.

"Il y a grande différence entre un gouvernement élu et un gouvernement imposé de l'extérieur", a fait montrer le réseau, demandant aux organisations des droits de l'homme, notamment le conseil des droits de l'homme à Genève, de condamner ces conférences, "car ils ne reflètent ni l'opinion du citoyen syrien ni celui de l'opposition réelle à l'intérieur ou à l'extérieur de la Syrie".

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article