Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Justice Sociale / Démocratie Directe / Nation Europe et الأمة العربية de Stéphane Parédé ستيفان بردي

Pillay se soumet aux pressions des ennemis de la Syrie et rejoint les pays qui trafiquent le sang des Syriens

20 Janvier 2013 , Rédigé par justicesocialeetdemocratiedirecte.over-blog.com

Pillay se soumet aux pressions des ennemis de la Syrie et rejoint les pays qui trafiquent le sang des Syriens

18 Jan 2013

 

 New-York /  La commissaire des Nations-Unies des droits de l'Homme, Navi Pillay, a rejoint les pays occidentaux, qui mènent une agression contre la Syrie et trafiquent le sang des Syriens et leur souffrance, et s'était soumise à leurs ordres demandant au Conseil de sécurité de transmettre le dossier syrien à la Cour Pénale Internationale (CPI).

Le pas des pays occidentaux est une nouvelle tentative d'attiser la crise en Syrie via les organisations internationales, d'empêcher toute solution politique via le dialogue et de réaliser des objectifs médiatiques et politique via le soutien au terrorisme et l'imposition des sanctions unilatérales.

Pillay a prétendu que "des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité" ont été commis en Syrie impliquant l'ouverture d'une enquête mais elle a ignoré le rôle des pays qui l'avait poussé à aller dans cette démarche et la fourniture des armes et des fonds aux terroristes.

Dans un paradoxe bizarre, Pillay a dit que "le gouvernement syrien est responsable de la protection de ses citoyens contre ces violations" mais en même temps elle a méconnu, comme font les pays occidentaux, le droit de l'Etat syrien de lutter contre le terrorisme transfrontières.

Il aurait du que Pillay, qui est responsable de la protection des droits de l'homme au monde, demande au conseil de sécurité de transmettre les pays soutenant le terrorisme en Syrie à la CPI, dont en tête les Etats-Unis, la France, la Grande Bretagne, le Qatar, l'Arabe Saoudite et la Turquie.

De son côté, Valery Amos, secrétaire générale adjoint de l'ONU pour les affaires humanitaires, a informé le Conseil de sécurité de la situation humanitaire en Syrie, la poursuite de la souffrance des réfugiés et leur besoin urgent des aides alimentaires et médicaux.

Il a reconnu l'absence du financement et du soutien aux efforts des Nations-Unies dans ce domaine, tout en ignorant la cause de la souffrance des Syriens, à savoir le terrorisme et les sanctions unilatérales et immorales imposées par l'Occident hors du cadre des doits internationaux.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article